Histoire et Patrimoine

Ancienne école de Pharmacie 1854Depuis des siècles, des milliers de jeunes gens ont fait le choix de venir étudier à la Faculté de Pharmacie de Montpellier. Dès le Moyen Age, les épiciers-apothicaires montpelliérains sont réputés par leur savoir-faire et à partir de 1572, ils commencent à accueillir des « compagnons-apothicaires ». Ces apprentis viennent de toute la France et même de l’Europe pour apprendre l’art de la Pharmacie et suivre les leçons, en particulier de « chymie » et de botanique au Jardin des plantes.

La grande compétence des maîtres-apothicaires et leur tradition de transmission du savoir feront choisir Montpellier pour y établir, en 1803, l’une des trois premières Écoles de Pharmacie de France. La formation passe progressivement d’un système d’apprentissage à une formation universitaire plus structurée.

L’École se développe et déménage en 1963 du centre-ville à l’emplacement actuel. Son appellation évolue aussi : École, École spéciale, Faculté de Pharmacie, UFR des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques.

De grandes découvertes sont faites : le brome par Balard encore étudiant, la lutte contre le phylloxera par Planchon… A l’ère de l’industrialisation du médicament, un enseignement de Pharmacie Industrielle de renommée mondiale est mis en place.

Aujourd’hui, cette longue histoire de l’art pharmaceutique à Montpellier est retranscrite à travers des pièces exposées au Droguier et au Musée de la Pharmacie Albert Ciurana.

 

Musée de la Pharmacie Albert Ciurana

Le Droguier

Fondé en 1972 par Albert Ciurana, pharmacien d’officine, ce «Musée de la Pharmacie» est un lieu de mémoire de la profession qui transmet aux futurs pharmaciens tout l’acquis des siècles précédents et leur permet de s’engager fièrement dans leur avenir professionnel.

Le musée évoque, pour nos étudiants ainsi qu’au public « profane », la longue histoire de la Pharmacie à Montpellier, les découvertes des maîtres de cette faculté, l’enseignement de l’art pharmaceutique, les diverses facettes de ce métier ainsi que l’évolution du médicament.

Enrichi en permanence par des dons, il est animé par des pharmaciens diplômés bénévoles.

En savoir plus

90. Musée pharmacie

Visites

Visites les mardi et vendredi de 10h à 12h sans rendez-vous.
Tél. : 04 11 75 93 55
Courriel

Bernardin Duranc, apothicaire montpelliérain, eut l’idée de constituer un Droguier dès 1588 pour effectuer, devant les «écoliers médecins», les démonstrations de préparations des drogues, préparations médicamenteuses de l’époque.

Plus ou moins tombé dans l’oubli, le Droguier renaît avec la création, en 1803, de l’École de Pharmacie. Deuxième droguier de France après celui de Paris, il est l’un des derniers témoins vivants de l’histoire de la pharmacopée européenne. Il possède une collection unique d’environ 15 000 échantillons de drogues, en majeure partie d’origine végétale.

L’ensemble du Droguier a été inscrit au titre des Monuments Historiques le 20 novembre 2009 par la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Languedoc-Roussillon.

En savoir plus

Visites

Les visites sont uniquement sur rendez-vous.
Tél. : 04 11 75 95 18
Courriel