After Hours Innovation #1

Les premières conférences créatives « After Hours Innovation » ont eu lieu le Lundi 3 février 2020 de 17H à 19h30 à la faculté de Pharmacie de Montpellier en présence du Président de l’Université de Montpellier (Philippe Augé), du directeur exécutif de MUSE (François Pierrot) et du directeur de l’UFR des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques (Vincent Lisowski).

Cette première édition sur le thème des dispositifs médicaux a connu un franc succès avec la présence de plus de 150 personnes (étudiants, enseignant-chercheurs, personnels administratifs et techniques).

Les 3 sessions (Etudiants, Enseignants-chercheurs et Start-up) ont donné lieu à des nombreux échanges avec plus d’une trentaine de questions posées par les étudiants, et ce dans une atmosphère très conviviale et détendue.

Ces trois sessions ont permis de vulgariser des innovations dans le domaine de la santé et ont, nous l’espérons, permis de susciter des vocations chez les étudiants présents.

Le pot convivial qui a suivi ces conférences a permis de poursuivre les échanges et de favoriser la constitution de liens entre les différents usagers du campus pharmacie.

L’équipe d’organisation remercie toutes les personnes présentes pour leur participation active ainsi que l’UFR Sciences Pharmaceutiques et Biologiques, l’Université de Montpellier, MUSE, l’ANR IDEFI REMIS et la corpo Pharma pour leur soutien indéfectible et leur aide précieuse.

De nouvelles éditions de ces « After Hours Innovation » seront proposées aux usagers du campus Pharmacie au cours de l’année universitaire 2020-2021 et l’équipe d’organisation se tient à la disposition des enseignants-chercheurs du Campus Pharmacie pour la préparation de ces nouvelles éditions.

Les travaux du professeur Sylvie Rapior à l’honneur dans ChinaDaily

Le 09 août 2019, le journal ChinaDaily publie un interview du Pr Sylvie Rapior, professeur de botanique et de mycologie à la faculté et directrice de l’équipe Substances Naturelles et Médiations Chimiques (UMR 5175 CEFE), suite à ces récents travaux publiés dans la revue internationale Fungal Diversity. Cet article, issu de la collaboration de chercheurs issus d’une dizaine de pays, recense l’incroyable potentiel biotechnologique des champignons.

Les champignons constituent un groupe d’organismes peu étudié présentant une grande biodiversité et une valeur biotechnologique indéniable. En raison de la vaste gamme d’habitats dans lesquels vivent les champignons et de la nécessité qui en découle de rivaliser avec de nombreux autres champignons, bactéries et animaux, ces derniers ont développé de nombreux mécanismes de survie. De plus, certaines espèces de champignons peuvent être cultivées avec une relative facilité, rendant la production à une échelle viable. Ainsi, la recherche de la biodiversité fongique et la constitution d’une collection de champignons vivants offrent un potentiel économique incroyable pour la localisation d’organismes ayant de nouvelles utilisations industrielles qui conduiront à de nouveaux produits. Ce manuscrit passe en revue cinquante façons dont les champignons peuvent potentiellement être utilisés en biotechnologie. Nous fournissons des notes et des exemples pour chaque exploitation potentielle, ainsi que des exemples tirés de nos propres travaux et de ceux d’autres chercheurs. Nous fournissons également un organigramme qui peut être utilisé pour convaincre les organismes de financement de l’importance des champignons pour la recherche biotechnologique et en tant que produits potentiels. Les champignons ont fourni au monde de la pénicilline, de la lovastatine et d’autres médicaments d’importance mondiale, et ils restent une ressource inexploitée avec un potentiel industriel énorme.

The amazing potential of fungi, 50 ways we can exploit fungi industrially.
Fungal Diversity, Online, 1-136 (2019). doi :10.1007/s13225-019-00430-9 ; hal-02196145

Kevin D. Hyde, Jianchu Xu, Sylvie Rapior, Rajesh Jeewon, Saisamorn Lumyong, Allen G.T. Niego, Pranami D. Abeywickrama, Janith V.S. Aluthmuhandiram, Rashika S. Brahamanage, Siraprapa Brooks, Amornrat Chaiyasen, K.W. Thilini Chethana, Putarak Chomnunti, Clara Chepkirui, Boontiya Chuankid, Nimali I. de Silva, Mingkwan Doilom, Craig Faulds, Eleni Gentekaki, Venkat Gopalana, Pattana Kakumyan, Kalani K. Hapuarachchi, Dulanjalee Harishchandra, Hridya Hemachandran, Sinang Hongsanan, Anuruddha Karunarathna, Samantha C. Karunarathna, Sehroon Khan, Jaturong Kumla, Ruvishika Jayawardena, Ningguo Liu, Thatsanee Luangharn, Allan P.G. Macabeo, Diana S. Marasinghe, Dan Meeks, Peter E. Mortimer, Peter Mueller, Sadia Nadir, Karaba N. Nataraja, Sureeporn Nontachaiyapoom, Meghan O’Brien, Watsana Penkhrue, Chayanard Phukhamsakda, Uma Shaanker Ramanan, Achala R. Rathnayaka, Resurreccion B. Sadaba, Birthe Sandargo, Binu Samarakoon, Danushka Sandaruwan, Ramamoorthy Siva, Wasan Sriprom, T.S. Suryanarayanan, Kanaporn Sujarit, Nakarin Suwannarach, Thitipone Suwunwong, Surachai Techaoei, Benjarong Thongbai, Naritsada Thongklang, Deping Wei, Ting-Chi Wen, S. Nuwanthika Wijesinghe, Jake Winiski, Yuanpin Xiao, Jiye Yan, Erandi Yasanthika et Marc Stadler.

Une collègue récompensée pour ses travaux de recherche

Caroline DESMETZ, maître de conférences à l’UFR des sciences pharmaceutiques et biologiques, a récemment obtenu un prix de recherche d’un montant de 20000 euros de la part de la société française de nutrition (SFN) pour financer son projet de recherche, mené au sein du laboratoire « Biocommunication en cardiométabolique » (BC2M, EA7288) situé au sein de la faculté. L’objectif de ce projet est de comprendre comment il est possible de prévenir la fibrose cardiaque, responsable de nombreux problèmes cardiaques au cours d’une pathologie très fréquente dans les pays industrialisés : le syndrome métabolique, qui concerne actuellement de 25 à 45% des hommes de plus de 40 ans. Elle est actuellement très difficile à traiter. La prévention est donc très intéressante en ce sens.

Ces bourses sont adressées à des chercheurs de moins de 40 ans. Ce prix va lui permettre de comprendre plus précisément l’implication d’un processus appelé transition endothélio-mésenchymateuse dans la fibrose cardiaque, et sa prévention par un régime alimentaire appauvri en sel.